Cliquez dessus pour retourner à la page d'accueil
Cliquez sur l'image ci-dessus pour revenir à la page d'accueil

Berceaux de famille

Petites anecdotes découvertes au cours de mes recherches et concernant les faits "curieux" de la vie de mes ancêtres et leurs villages.




Leurs villages

Phénomènes naturels et accident à Pussigny entre 1749 et 1764

Décrit par le curé DESTOUCHES dans les registres de la paroisse.

Tremblement de terre

Le onze octobre 1749 sur les sept heures du soir il se fait un tremblement de terre.

Vent impétueux

Le quatorze mars 1751 au quinze pendant la nuit il a fait un vent grand qui a remué plusieurs cheminées, arraché un grand nombre d’arbres, fait quantité d’ouverture sur la couverture des églises et des maisons, a rasé le clocher de marsilly proche des cloches.

Accident arrivé à la cure

Le quinze may 1754 sur les dix heures du soir les trois quarts de la chambre qui est sur la cure de ce presbitaire sont enfoncés avec les effets qui y étaient et trois personnes qui étaient alors dans la dite chambre sans avoir eu heureusement grand mal.

Orage violent

Le vingt neuf juin 1763 sur les sept à huit heures du matin il a fait un orage violent le tonnaire a tombé sur l’arrétier du pignon de l’église de cette paroisse a commencé sur la cure jusqu’au bout du dit arrétier et ce du coté du nord, environ une heure après le tonnaire a retombé sur une cheminée de la maison qui est sur le chemin de l’église à la rivière à main gauche.

Ecclipse du soleil

La gazette de france du dix neuf mars 1764 invitait les cures tant des villes que de la campagne a commencer plutôt quà l’ordinaire l’office du quatrième dimanche du carème qui arrive le premier d’avril a cause de l’ecclipse du soleil qui sur les dix heures du matin ramena les tenebres de la nuit mais ce jour la cette ecclipse ne fut presque pas vusible il fit un temps sombre qui donne de la pluye et sur les dix heures et demi le temps fut un peu plus sombre et on napperçut de l’ecclipse que parce que l’on était sorti sans cela on ne sen serait point apperçu.

Epidémie à Boussay en 1749

Le curé de la paroisse a noté à la fin de l’année :

Cette présente année (1749) il y a eû en Berry une maladie épidémique sur toutes les bêtes à cornes on ignore absolument quelle peut être cette maladie on y na pu jusqu’a présent y trouver des remèdes et a présent que jecris, elle est aux portes de la Touraine.

La Crue la plus remarquable de la Claise, Chaumussay, 1732

Dans le registre paroissial, le curé Roy décrit une crue de la Claise dans sa cure et son jardin :
"le 21 juin 1732, arriva l'inondation la plus remarquable qui soit arrivé, il y avait plus de 100 ans. En voici la preuve ! elle a entouré le jardain, les logis de la Cure de sorte qu'elle passait par la porte du jardain devant la Cure et se joignait à la porte de la boulangerie aussi qui menait du coté du four et dans la cuisine de la Cure, il y avait près de 20 pouces d'eau et devant la cuisine plus de 3 pieds, ce qui n'était pas rien que l'on sache, il me faut de remarquer."

Remèdes, Manthelan, 1689

Le Curé de la paroisse a noté dans les registres paroissiaux, à la fin de l'année 1689, les remèdes qui permettaient de guérir certains maux.

Remède pour la descente
Il faut prendre de la racine de membricules dont la fleur est au mois de mars comme violette et dans le mois daout elle a de la graine comme du bled de naple elle vient dans les bois et tailly. Il faut coupper la racine à rouille et la mettre trampé et la faire boire au malade. Il en faut coupé trois ou quatre racines pour le malade laquelle racine ressemble aux génétoires.

Remède pour la rage
Il faut prendre une douzaine d'huystre en escaille les mettre dans la braise jusqu'à cequelle soient blanchy et puis les broyer et les fricasser avec du beurre frais et faire prendre le feu dedans jusquà ce quil ait la moitié du beurre brulé et la maché led escaille et puis lorsque le malade se sens de la rage il faut qu'il prenne led remède quoy quil nay aucune fain ny dappetit mais il faut quil sefforce et il guerira.

Remède pour le flux de ventre
Il faut prendre de l'herbe quon appelle la traisnée et la mettre dans son soulier afin quelle touche la peau et marcher dessus.

Remède pour les oesmoroydes
Il faut prendre douze licoches rouges et une poignée de la graine de lys et faire sécher les licoches au four et le lys et puis en faire de la poudre et sen frotter le derrière.

Manthelan autrefois, collection privée d'Huguette THERET

Les photos présentées ci-dessous font partie de la collection privée d'Huguette THERET.